Les aides à la conduite gonflent la facture des réparations de 11 %

Publié le par .

Pour la première fois, des experts ont fait le bilan de l’augmentation du coût de la remise en état des véhicules liée à la fleuraison des aides à la conduite. Bilan : + 11 %. Une hausse essentiellement due à l’inflation du prix des pièces, jusqu’à 31 %.

Les équipements d'aide à la conduite gonflent la facture de réparation de 11,1 %.
Les équipements d'aide à la conduite gonflent la facture de réparation de 11,1 %.

C’est une première. La Confédération française des experts en automobile a analysé près de 34 000 rapports d’expertise, établis entre 2014 et 2016, pour étudier l’évolution du coût de la réparation liée à la multiplication à bord des systèmes électroniques d’aide à la conduite (ADAS).

Une inflation que les compagnies d’assurance ne manquent pas de rappeler quand il s’agit d’expliquer les hausses des primes… en oubliant toutefois au passage la baisse de la sinistralité portée en partie par ces mêmes assistances.

L’étude de la CFEA a été réalisée sur deux catégories de véhicules immatriculés entre 2009 et 2017. Les uns avec tous types d’ADAS et les autres, plus anciens, sans équipement. Ce sont des véhicules comme le Xsara Picasso, la Peugeot 207, le Renault Scénic 2 qui ont été comparés à ceux de leur génération suivante, C4 Picasso, Peugeot 208 et Renault Scénic 3.

La part des pièces passe de 578 à 689 € HT, soit 19 % d’augmentation

Il en résulte de manière globale que le montant moyen de la facture passe de 1 268 euros HT pour les véhicules sans ADAS à 1 409 euros HT pour ceux équipés d’aides à la conduite. Soit une hausse de 11,1 %. La part des pièces grimpe, elle, de 578 à 689 euros HT, accusant une inflation de 19 %. Quant au temps passé à la remise en état, il gonfle légèrement de 2 %, évoluant de 10,7 à 10,9 h.

Sur le seul périmètre des chocs avant, le coût de la réparation bondit avec un montant moyen qui passe de 1 435 à 1 652 euros HT (+ 13 %). C’est essentiellement la hausse du prix des composants de façade (+ 26 %) qui explique cette envolée (784 à 988 euros HT). Le temps de main-d’œuvre reste quant à lui stable, autour des 10 heures.

Pour les chocs arrière, l’augmentation est de 9,3 % avec une facture qui grimpe de 1 018 à 1 113 euros HT. Le poste « pièces » progresse de 336 à 440 euros HT (+ 31 %). Étonnamment, le temps de main-d’œuvre chute de 2 % mais reste toujours autour des 10 heures.

Une augmentation de 6,5 % du coût de la main-d’œuvre

Si le temps moyen de réparation reste contenu autour des 10 heures, quelle que soit la génération de véhicules, les experts observent toutefois une augmentation de 6,5 % du coût de la main-d’œuvre avec une tranche T3 « haute technicité » plus présente.

Mots clefs associés à cet article : Carrosserie

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • La FRCI présélectionne 19 carrosseries
    La FRCI présélectionne 19 carrosseries
  • Avec Global Star Repair, Five Star devient éditeur
    Avec Global Star Repair, Five Star devient éditeur
  • Repair Zen (Axalta) : déjà 27 % des Five Star inscrits
    Repair Zen (Axalta) : déjà 27 % des Five Star inscrits
  • Pièces captives : l’Assemblée nationale adopte la libéralisation en la complétant sur le droit d’auteur
    Pièces captives : l’Assemblée nationale adopte la libéralisation en la complétant sur le droit d’auteur
  • Hygiène-Sécurité, attention danger !
    Hygiène-Sécurité, attention danger !
  • France Débosselage s’offre un nouveau siège social
    France Débosselage s’offre un nouveau siège social
  • Les enseignes de carrosserie récompensent leurs adhérents
    Les enseignes de carrosserie récompensent leurs adhérents
  • Comment le Gouvernement entend libéraliser les pièces de carrosserie
    Comment le Gouvernement entend libéraliser les pièces de carrosserie
  • Pièces : envolée des prix
    Pièces : envolée des prix
  • Carméléon : une école pour grandir
    Carméléon : une école pour grandir
  • Five Star déploie son panneau Repair Zen
    Five Star déploie son panneau Repair Zen
  • Expertise : le CNPA porte plainte auprès de la Commision européenne
    Expertise : le CNPA porte plainte auprès de la Commision européenne
  • La DGCCRF se penche sur les relations « déséquilibrées » entre assureurs et carrossiers
    La DGCCRF se penche sur les relations « déséquilibrées » entre assureurs et carrossiers
  • Axial renforce sa collaboration avec Axalta
    Axial renforce sa collaboration avec Axalta
  • Omia se lance dans le sur mesure et le VO
    Omia se lance dans le sur mesure et le VO

Newsletter
Recherche