Libéralisation des pièces de carrosserie. Entre bienfait pour les consommateurs et menace pour les emplois. Le Sénat doit trancher.

Publié le par .

Libéralisation des pièces de carrosserie. Entre bienfait pour les consommateurs et menace pour les emplois. Le Sénat doit trancher.

Alors que les sénateurs discutent actuellement des futures lois de protection des consommateurs, la fédération de la distribution indépendante (Feda) ne désarme pas en ce qui concerne son combat de la décennie : la chute du monopole des constructeurs sur la commercialisation des pièces de carrosserie. Une exception anticoncurrentielle française sur laquelle l’organisation alerte les élus.
Pour la Feda, cette situation conduit à des abus. Pour preuve, les chiffres du SRA qui indiquent qu’entre 2005 et 2010 les prix des pièces ont connu une inflation de plus de 25 %, trois fois supérieure à celle du coût de la vie. Et ce n’est pas fini ! « Ce monopole coûte cher aux Français et nuit à la sécurité routière » estime la fédération, pointant du doigt des négligences sur les réparations de la part des automobilistes. Pour autant, une libéralisation du marché induirait-elle une réelle baisse des coûts de la réparation-collision ? Certainement pas autant que ce que l’on est en droit d’espérer, mais la Feda explique, en prenant l’exemple de Peugeot, qu’en Allemagne les pièces sont proposées aux garagistes par la filière indépendante en moyenne 40 % moins cher. Mais pour le syndicat ce n’est pas qu’une question de prix. Une libéralisation en France pourrait favoriser la fabrication de pièces alternatives en Europe et notamment dans l’Hexagone, alors que les constructeurs feraient fabriquer majoritairement leurs pièces d’origine hors d’Europe. Les emplois sont donc mis dans la balance. À l’inverse, pour les constructeurs, la fin du monopole pèserait sur leurs comptes avec la menace d’une délocalisation encore plus forte de leur production. Autres avertissements brandis par les marques : la chute de l’innovation et de la compétitivité, l’affaiblissement de leurs réseaux de vente déjà mal en point et le manque de sécurité avec l’arrivée de pièces de faible qualité. Un dernier point maintes fois démonté par des études indépendantes.
Alors, les sénateurs sauront-ils démêler le vrai du faux ? Seront-ils davantage sensibles aux arguments de la Feda et au bon sens d’un non-monopole que ne l’ont été les députés qui ont décidé, il y a quelques semaines, malgré quelques dissidences, de ne pas voter la libéralisation ? Rien n’est moins sûr ! Il aura fallu attendre la date limite du 16 décembre pour qu’un sénateur dépose des amendements réclamant la création d’un observatoire de la formation des prix des pièces et une étude de six mois sur les impacts réels d’une libéralisation du marché sur l’économie et les emplois (source Autoactu.com). De quoi éclairer des politiques qui ont de plus en plus de mal à faire la part des choses et à se prononcer en connaissance de cause.

<<<<<<<<<<<<<<<<Dernière minute>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

D’après notre confrère Autoactu.com aucun amendement n’a été considéré par le sénat en ce qui concerne une libéralisation de la pièce de carrosserie. En revanche, Frédéric Lefebvre, Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie, chargé du Commerce, a retenu l’idée de la constitution d’un rapport sur les conséquences en termes d’emplois, les effets sur les prix et l’impact sur l’ensemble de la filière automobile en France de l’ouverture à la concurrence du marché des pièces de rechange. Ses conclusions devront être apportées avant le 30 juin 2012.

Mots clefs associés à cet article : Feda

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • La FRCI présélectionne 19 carrosseries
    La FRCI présélectionne 19 carrosseries
  • Avec Global Star Repair, Five Star devient éditeur
    Avec Global Star Repair, Five Star devient éditeur
  • Repair Zen (Axalta) : déjà 27 % des Five Star inscrits
    Repair Zen (Axalta) : déjà 27 % des Five Star inscrits
  • Pièces captives : l’Assemblée nationale adopte la libéralisation en la complétant sur le droit d’auteur
    Pièces captives : l’Assemblée nationale adopte la libéralisation en la complétant sur le droit d’auteur
  • Hygiène-Sécurité, attention danger !
    Hygiène-Sécurité, attention danger !
  • France Débosselage s’offre un nouveau siège social
    France Débosselage s’offre un nouveau siège social
  • Les enseignes de carrosserie récompensent leurs adhérents
    Les enseignes de carrosserie récompensent leurs adhérents
  • Comment le Gouvernement entend libéraliser les pièces de carrosserie
    Comment le Gouvernement entend libéraliser les pièces de carrosserie
  • Pièces : envolée des prix
    Pièces : envolée des prix
  • Carméléon : une école pour grandir
    Carméléon : une école pour grandir
  • Five Star déploie son panneau Repair Zen
    Five Star déploie son panneau Repair Zen
  • Expertise : le CNPA porte plainte auprès de la Commision européenne
    Expertise : le CNPA porte plainte auprès de la Commision européenne
  • La DGCCRF se penche sur les relations « déséquilibrées » entre assureurs et carrossiers
    La DGCCRF se penche sur les relations « déséquilibrées » entre assureurs et carrossiers
  • Axial renforce sa collaboration avec Axalta
    Axial renforce sa collaboration avec Axalta
  • Omia se lance dans le sur mesure et le VO
    Omia se lance dans le sur mesure et le VO

Newsletter
Recherche