Mort ou dormant, le stock en question

Publié le par .

L’immobilisation a un coût. Les stocks de pièces dits morts ou dormants sont ainsi la bête noire des logisticiens. Mauvais diagnostic de commande, changement de packaging, obsolescence… Diverses raisons expliquent une rotation insuffisante voire nulle. Mais que deviennent ces poids morts de la distribution ?

20 % des stocks assurent 80 % du chiffre d’affaires
20 % des stocks assurent 80 % du chiffre d’affaires

La gestion de stock des pièces est une véritable gageure pour toute la chaîne de distribution. Grossistes, distributeurs ou concessionnaires – et à une autre échelle MRA – analysent perpétuellement la rotation de leurs stocks pour être le plus efficaces possible. En effet, tout l’enjeu réside dans l’équilibre entre un taux de service élevé, se traduisant par la disponibilité des pièces détachées, et la réduction, au minimum, des coûts liés au stockage.

Couvrir le parc et optimiser les coûts

La couverture du parc est un critère essentiel des gestionnaires. Et la valeur des pièces ne rentre pas forcément en compte. D’ailleurs, la règle des 20/80 constitue la base des stocks de pièces détachées automobiles. C’est-à-dire que 20 % des stocks assurent 80 % du chiffre d’affaires. Toutefois, le reste du stock n’est pas pour autant considéré mort ni dormant. Ainsi faut-il distinguer les pièces à rotation insuffisante, voire nulle, de celles à rotation « naturellement » très faible, appelées « les slow-movers » que constituent généralement les pièces techniques.

« Nous les considérons mortes au bout de trois ou quatre ans  » estime Jean-François Niort, des établissements éponymes. « D’un point de vue comptable, on les considère dormantes à vingt-quatre mois et mortes après trente-six mois  » précise Stephan Passebois, fondateur de Stockopro. Si les dates diffèrent selon chaque acteur pour qualifier le stock de pièce dormant à mort, tous sont d’accord pour expliquer qu’il ne concerne pas un type de pièces en particulier. Le défaut de stockage survient du fait de divers facteurs : erreur de diagnostic de la part de l’approvisionneur ou mauvais conseil du fournisseur voire de l’équipementier, obsolescence, nouveauté sur le marché ou encore changement de conditionnement…

Ultime recours : jeter le stock

Que deviennent alors ces stocks inutiles et coûteux ? Il existe plusieurs stades pour pallier le manque à gagner. Dans un premier temps, les plates-formes nationales des constructeurs ou des grandes chaînes de distribution assurent le risque des plates-formes régionales. Mieux à même d’écouler les pièces, les sites nationaux assurent les transferts. Ainsi, des stocks morts dans une région peuvent avoir une certaine rotation dans une autre. Si le « poids mort » n’est pas écoulé de cette façon, le vendeur s’adresse alors à l’équipementier.

JPEG - 161.1 ko
Parfois négociés en amont de la commande, les retours à l’envoyeur sont monnaie courante sous certaines conditions tarifaires. « Si on ne peut pas se faire reprendre les stocks morts par les équipementier, on peut s’adresser à un soldeur. Ils les récupèrent généralement pour un prix allant de 5 à 15 % de la valeur des pièces. C’est très peu mais c’est mieux que d’avoir le stock sur les bras » explique Jean-François Niort. Ultime recours : jeter le stock. « Cela arrive rarement, mais parfois c’est moins coûteux de s’en débarrasser » justifie Laurent Gontharet, directeur de la supply chain d’Autodistribution.

Market place de stocks morts

Et c’est avant cette dernière étape qu’interviennent de nouveaux acteurs sur le marché français. Des entreprises créent des market places pour proposer aux professionnels de mettre en ligne leurs stocks morts ou dormants afin de les écouler.

« Un grand nombre d’acteurs ne rendent même pas compte qu’ils disposent de stocks morts. Ils s’en aperçoivent parfois par hasard  » assure Stephan Passebois. Et d’ajouter : « Au départ on a créé Stokopro en janvier 2016 pour mettre en relation les MRA. Mais instantanément les “gros” distributeurs nous ont contactés. Notre plus importante clientèle est OEM, mais on séduit de plus en plus l’IAM  ».

Sous forme d’annonces en ligne, les vendeurs peuvent proposer leur stock mort moyennant un abonnement annuel de 1200 euros. Plus courantes dans les autres pays européens (notamment aux Pays-Bas), les plates-formes de gestion en ligne permettent d’assurer les interactions avec l’étranger pour pouvoir amoindrir les coûts liés aux stocks morts ou dormants.

Mots clefs associés à cet article : Distribution pièces, Logistique

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Parts Holding Europe : 15 % de croissance en 2018
    Parts Holding Europe : 15 % de croissance en 2018
  • Bernard Cambier rejoint Automotor France
    Bernard Cambier rejoint Automotor France
  • Hella fait appel à IDLP pour ses livraisons urgentes
    Hella fait appel à IDLP pour ses livraisons urgentes
  • Pneumaclic fournit Laurent Automobile
    Pneumaclic fournit Laurent Automobile
  • Automotor ouvre un magasin dédié à sa MDD en Afrique du Nord
    Automotor ouvre un magasin dédié à sa MDD en Afrique du Nord
  • Une année 2018 globalement favorable pour les distributeurs
    Une année 2018 globalement favorable pour les distributeurs
  • Exadis optimise ses préparations de commandes
    Exadis optimise ses préparations de commandes
  • Pièces captives : la Feda plaide sa cause à la DGCCRF
    Pièces captives : la Feda plaide sa cause à la DGCCRF
  • OTOP atteint les 31 centres de service
    OTOP atteint les 31 centres de service
  • Nexus Automotive International fête ses cinq ans
    Nexus Automotive International fête ses cinq ans
  • Mec-Diesel rachète Moteurs Diesel Distribution
    Mec-Diesel rachète Moteurs Diesel Distribution
  • Alliance Automotive Group reprend le groupe Partspoint
    Alliance Automotive Group reprend le groupe Partspoint
  • Le Gouvernement met fin au monopole sur les pièces de carrosserie
    Le Gouvernement met fin au monopole sur les pièces de carrosserie
  • Le Gouvernement envisage une libéralisation des pièces captives automobiles
    Le Gouvernement envisage une libéralisation des pièces captives automobiles
  • Back2Car : AAG assoie ses positions sur le marché de la pièce d’occasion
    Back2Car : AAG assoie ses positions sur le marché de la pièce d’occasion

Newsletter
Recherche