Palmarès des brevets INPI 2020 : pas de confinement pour l’innovation automobile !

Publié le par .

L’INPI a déposé son palmarès 2020 des déposants de brevets et le secteur automobile y est une nouvelle fois largement représenté par le biais des constructeurs et des équipementiers, PSA et Valeo occupant respectivement la 1ère et la 3ème marche du podium.

Palmarès des brevets INPI 2020 : pas de confinement pour l’innovation automobile !

Le palmarès des brevets INPI 2020 a été dévoilé et il fait une nouvelle fois la part belle au secteur automobile. Le groupe PSA (devenu Stellantis depuis la fusion avec FCA, mais c’est bel et bien du périmètre de feu PSA qu’il s’agit) arrive en tête avec 1239 brevets déposés, devant Safran (1103) et Valeo (819). On peut souligner que depuis 2012, PSA et Valeo ont trusté la première marche du podium (6 fois pour le premier cité et 3 fois pour le second).

Valeo précise qu’il s’est classé en tête des déposants français de brevets dans le monde, avec 1913 brevets publiés, dont 53% en France, 21% en Allemagne, 8% en Chine, 5% au Japon 3% aux Etats-Unis, 2% en Corée du Sud, 5% en Europe (hors France et Allemagne) et 3% dans le reste du monde. Ce qui entraîne ce commentaire de son président Jacques Aschenbroich : « Ce classement témoigne de la très forte capacité d’innovation de Valeo, pilier de notre stratégie, et du fait que la France, qui représente plus de la moitié de nos brevets publiés, demeure évidemment la place forte de nos activités de Recherche & Développement ».

Dans le top 10, on retrouve aussi le groupe Renault (5ème avec 483 brevets), Michelin (8ème avec 285 brevets) et Faurecia (10ème avec 234 brevets). Dans le top 50, apparaissent aussi Continental, Suzuki, Nissan, Bosch, Plastic Omnium, et Chassis Brakes International. Ajoutons que dans le classement des ETI figure aussi le groupe Novares.

« Cette édition 2020 du palmarès des déposants de brevets en France – qui, compte tenu des 18 mois de décalage entre dépôt et publication des brevets, n’inclut pas encore la période de crise sanitaire que nous traversons – est une fois encore largement dominée par les grands groupes, pour qui stratégie d’innovation et stratégie de propriété industrielle sont indissociables. Les grands acteurs de l’économie française s’affichent naturellement en tête, et notamment, aux tous premiers rangs, ceux du transport.
Fait encourageant : la place de la recherche publique progresse par rapport à 2019. Pour mieux appréhender la réalité des projets collaboratifs entre acteurs publics de la recherche et entreprises, l’INPI, pour la deuxième fois cette année, a observé les co-dépôts de brevets entre recherche et industrie. Une bonne connaissance du lien public/privé est en effet nécessaire, car nous savons que ces projets communs sont souvent porteurs d’innovations susceptibles d’apporter des ruptures technologiques majeures, et par conséquent d’importantes retombées économiques. C’est précisément pour accompagner ces acteurs et pour simplifier leur coopération sur le volet propriété intellectuelle que l’INPI a lancé, en 2020, le programme « Alliance PI ». Son objectif ? Fluidifier, renforcer et pérenniser les relations entre public et privé et sécuriser les résultats de leur recherche, par l’utilisation de pratiques de propriété industrielle pertinentes, solides et équilibrées. Il est au cœur des missions de l’INPI d’armer tous les acteurs de notre économie, des plus grandes aux plus petites structures, à un même niveau de connaissance et d’utilisation de la propriété industrielle. Gageons que cet accompagnement sur-mesure, couplé aux évolutions du cadre juridique modifié par la loi Pacte du 22 mai 2019, facilitera la conclusion de partenariats solides et pérennes et l’émergence de nombreuses innovations françaises »
, synthétise Pascal Faure, directeur général de l’INPI, tout en pointant que « la concentration des 50 premiers déposants de brevets ne cesse d’augmenter. Ils représentaient 33,1% des demandes publiées en 2004 (première année du palmarès), 47,7% des demandes publiées en 2009 ans et représentent plus de la moitié l’ensemble des demandes de brevets depuis 3 ans : 52,5% en 2018, 52% en 2019, et 54,8% en 2020 ».

Dans la même rubrique :

  • Valeo s’associe à Leoni dans le domaine des contrôleurs de zones
    Valeo s’associe à Leoni dans le domaine des contrôleurs de zones
  • Conti GreenConcept : le pneu le plus durable signé Continental
    Conti GreenConcept : le pneu le plus durable signé Continental
  • Bosch propose le câble de recharge universel
    Bosch propose le câble de recharge universel
  • ZF équipe la Dongfeng Aeolus Yixuan MAX de son radar MRR
    ZF équipe la Dongfeng Aeolus Yixuan MAX de son radar MRR
  • Dacia soigne ses skis
    Dacia soigne ses skis
  • Bosch et Volkswagen partenaires pour la conduite automatisée
    Bosch et Volkswagen partenaires pour la conduite automatisée
  • Mobilité hydrogène : Renault précise son projet Hyvia
    Mobilité hydrogène : Renault précise son projet Hyvia
  • ZF dope les Adas grâce à la data et l’IA
    ZF dope les Adas grâce à la data et l’IA
  • L’arrivée du véhicule autonome se dessine en France
    L’arrivée du véhicule autonome se dessine en France
  • Nokia marie affichage tête haute et réalité augmentée
    Nokia marie affichage tête haute et réalité augmentée
  • Renault Group et STMicroelectronics, partenaires pour l’électronique de puissance
    Renault Group et STMicroelectronics, partenaires pour l’électronique de puissance
  • Plastic Omnium gagne une nouvelle commande pour des piles de VU à hydrogène
    Plastic Omnium gagne une nouvelle commande pour des piles de VU à hydrogène
  • Tropos teste une camionnette à panneaux solaires
    Tropos teste une camionnette à panneaux solaires
  • Hella lance sa clé de voiture sur smartphone
    Hella lance sa clé de voiture sur smartphone
  • Bosch, Shell et Volkswagen mettent au point une essence renouvelable
    Bosch, Shell et Volkswagen mettent au point une essence renouvelable

Newsletter
Recherche