Pièce de réemploi : 56 % des Français prêts à l’adopter

Publié le par .

À l’annonce, en 2016, de la loi obligeant les professionnels de la réparation automobile à proposer des pièces de réemploi (PRE) en parallèle de la pièce neuve, 54 % des sondés Vivastreet se disaient opposés à la PRE En 2018, ils ne sont plus que 44 %.

La pièce de réemploi, écologique et économique, fait de moins en moins peur.
La pièce de réemploi, écologique et économique, fait de moins en moins peur.

À la demande du législateur, depuis le 1er janvier 2017, les professionnels de la réparation automobile ont l’obligation de proposer à leurs clients, en parallèle de la pièce neuve habituelle, une pièce de rechange d’occasion. L’objectif est de faire baisser le coût des réparations tout en favorisant la réduction et le recyclage des déchets automobiles. Selon un sondage effectué par le site de petites annonces Vivastreet, près de 6 sondés sur 10 sont prêts à réparer leur véhicule avec des pièces d’occasion.

Une nouvelle tendance

Le recours aux pièces de réemploi va devenir plus fréquent. Après une collision, le coût de la remise en état du véhicule peut dépasser sa valeur d’origine. L’utilisation de pièces d’occasion peut alors être une bonne alternative. Quand on sait que le prix des pièces neuves augmente, on comprend que le consommateur a tout intérêt à s’intéresser à ce marché.

En effet, une pièce détachée d’occasion se facture en moyenne 30 à 80 % moins cher qu’une neuve, ce qui permet au conducteur de réaliser des économies importantes. Réparer ou faire réparer sa voiture avec des pièces d’occasion est non seulement économique mais aussi écologique. Cette mesure est favorable à la réduction des déchets, à la limitation des émissions de CO2 et au recyclage.

Une méfiance omniprésente

Les Français restent tout de même mitigés car la peur d’être victime d’une arnaque ou de posséder une pièce d’occasion défectueuse est toujours présente. D’où notamment le résultat du sondage, qui reste très serré (56 % pour et 44 % contre). En effet, les consommateurs s’interrogent sur l’origine de ces pièces détachées et sur la garantie de la sécurité des usagers sur les routes.

Or la provenance des pièces est strictement encadrée et réglementée, ce qui explique que de plus en plus de Français sautent le pas. Les pièces ainsi commercialisées, issues de véhicule hors d’usage ou d’échange standard (des pièces d’occasion complètement refaites à neuf), doivent respecter la réglementation de l’article L. 221-1 du Code de la consommation. Cette obligation exclut ainsi le risque de voir sur le marché des pièces d’origine inconnue.

Mots clefs associés à cet article : Recyclage, Étude

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • PIEC : le Conseil d’Etat suspend en partie l’arrêté d’application
    PIEC : le Conseil d’Etat suspend en partie l’arrêté d’application
  • EBP MéCa passe du DMS au BMS
    EBP MéCa passe du DMS au BMS
  • La FFC représente les 150 membres de la FFA
    La FFC représente les 150 membres de la FFA
  • L’U.E. rend le freinage d’urgence et l’adaptateur de vitesse obligatoires
    L’U.E. rend le freinage d’urgence et l’adaptateur de vitesse obligatoires
  • La France compte 32 455 ateliers
    La France compte 32 455 ateliers
  • Grand débat national : les doléances du CNPA
    Grand débat national : les doléances du CNPA
  • Daf Conseil dévoile les 10 formations les plus sollicitées
    Daf Conseil dévoile les 10 formations les plus sollicitées
  • Philippe Baudin prend la présidence d’Equip Auto
    Philippe Baudin prend la présidence d’Equip Auto
  • Occasions électriques : 1,2 % de part de marché en mars
    Occasions électriques : 1,2 % de part de marché en mars
  • Véhicules électriques : le déploiement des points de charge se poursuit
    Véhicules électriques : le déploiement des points de charge se poursuit
  • Expédicar et ProovStation élues start-up de l’année
    Expédicar et ProovStation élues start-up de l’année
  • [Vidéo] Au sommaire du Décision Atelier d’avril 2019
    [Vidéo] Au sommaire du Décision Atelier d’avril 2019
  • Quels scénarios pour la fin des véhicules thermiques en 2040 ?
    Quels scénarios pour la fin des véhicules thermiques en 2040 ?
  • IRP Auto Solidarité-Prévention : un bilan 2018 positif
    IRP Auto Solidarité-Prévention : un bilan 2018 positif
  • Turbo’s Hoet fournit l’assistance
    Turbo’s Hoet fournit l’assistance

Newsletter
Recherche