Pièces captives : la Feda plaide sa cause à la DGCCRF

Publié le par .

La Feda vient de se rendre à la Direction générale de la concurrence pour évoquer les effets néfastes du monopole des pièces captives, notamment celles de carrosserie.

La Feda vient de se rendre à la Direction générale de la concurrence pour évoquer les effets néfastes du monopole des pièces captives, notamment celles de carrosserie.
La Feda vient de se rendre à la Direction générale de la concurrence pour évoquer les effets néfastes du monopole des pièces captives, notamment celles de carrosserie.

Dans le cadre de la libéralisation des pièces captives, la Feda a eu rendez-vous le 18 mars dernier avec deux représentants de la DGCCRF en charge de ce dossier. Ce rendez-vous a été l’occasion pour le syndicat de la distribution indépendante de communiquer à Bercy les résultats de son enquête lancée auprès de ses adhérents sur le sujet.

Le sondage a fait ressortir qu’au moins une pièce captive était demandée aux distributeurs indépendants dans la moitié des commandes. Il en résulte, pour de nombreuses entreprises, une perte de chiffre d’affaires sur la vente de ces pièces et des pièces périphériques, mais aussi une perte d’image sur la capacité à répondre à l’intégralité des besoins de leurs clients.

Certaines entreprises n’ont pas d’autre choix que de s’approvisionner en pièces captives à l’étranger, sur des marchés ouverts à la concurrence. « La conséquence est la mise en place d’un schéma d’approvisionnement ubuesque où la pièce produite en France et exportée revient finalement en France. Le bilan carbone d’un tel circuit est évidemment désastreux » commente la Feda, qui estime par ailleurs que les différences de prix sont considérables, avec un surcoût évalué à 30 %.

Les distributeurs adhérents de la Feda estiment à au moins 15 % le bénéfice qui résulterait d’une ouverture du marché pour le consommateur final.

Alain Landec, président de la Feda, sera reçu le 17 avril prochain par le cabinet de la secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances pour faire entendre ses arguments en faveur de la libéralisation totale du marché des pièces détachées automobiles.

Mots clefs associés à cet article : Feda

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Parts Holding Europe : 15 % de croissance en 2018
    Parts Holding Europe : 15 % de croissance en 2018
  • Bernard Cambier rejoint Automotor France
    Bernard Cambier rejoint Automotor France
  • Hella fait appel à IDLP pour ses livraisons urgentes
    Hella fait appel à IDLP pour ses livraisons urgentes
  • Pneumaclic fournit Laurent Automobile
    Pneumaclic fournit Laurent Automobile
  • Automotor ouvre un magasin dédié à sa MDD en Afrique du Nord
    Automotor ouvre un magasin dédié à sa MDD en Afrique du Nord
  • Une année 2018 globalement favorable pour les distributeurs
    Une année 2018 globalement favorable pour les distributeurs
  • Exadis optimise ses préparations de commandes
    Exadis optimise ses préparations de commandes
  • OTOP atteint les 31 centres de service
    OTOP atteint les 31 centres de service
  • Nexus Automotive International fête ses cinq ans
    Nexus Automotive International fête ses cinq ans
  • Mec-Diesel rachète Moteurs Diesel Distribution
    Mec-Diesel rachète Moteurs Diesel Distribution
  • Alliance Automotive Group reprend le groupe Partspoint
    Alliance Automotive Group reprend le groupe Partspoint
  • Le Gouvernement met fin au monopole sur les pièces de carrosserie
    Le Gouvernement met fin au monopole sur les pièces de carrosserie
  • Le Gouvernement envisage une libéralisation des pièces captives automobiles
    Le Gouvernement envisage une libéralisation des pièces captives automobiles
  • Back2Car : AAG assoie ses positions sur le marché de la pièce d’occasion
    Back2Car : AAG assoie ses positions sur le marché de la pièce d’occasion
  • Renovatio lance un groupement de distributeurs dédié aux véhicules classiques
    Renovatio lance un groupement de distributeurs dédié aux véhicules classiques

Newsletter
Recherche