Pneumatiques : spéculation sur les matières premières

Publié le par .

Les organisateurs du Salon Équip Auto tenaient, le 5 mai dernier, une réunion sur les pneumatiques. Un moment important pour le Salon, destiné à réfléchir autour de la problématique économique dans un contexte de tension sur le marché du caoutchouc. Équip Auto avait peut-être aussi l’arrière-pensée de réunir la presse afin de contrer le Salon du pneumatique concurrent qui aura lieu à Lyon.

Sur le fond, la spéculation autour du caoutchouc est constante. À travers les différentes interventions, on comprend aussi que les principaux manufacturiers ne sont pas mécontents au bout du compte d’une telle envolée des prix. Cette situation leur permet, en effet, de peser sur le marché et de contrer les nouveaux entrants et petits producteurs de pneus, qui n’arrivent pas à suivre au niveau des prix.

L’augmentation continue et spectaculaire des matières premières (gomme naturelle, caoutchouc synthétique, noir de carbone et huile) va finir par se répercuter sur le prix de vente final. Jusqu’à présent, les manufacturiers ont réussi à contenir les prix en jouant sur une augmentation de la productivité. À ce propos, Claude Cham, président d’Équip Auto (ex-Dunlop), rappelle que des progrès continus en matière de production ont permis de faire baisser le prix de revient, malgré toute la technicité mise en œuvre dans le produit. D’autre part, les fabricants achètent très en amont ces matériaux. Ainsi, Michelin a déjà annoncé des augmentations moyennes de 7,5 % pour les deux-roues motorisés et les engins de chantier, de 7 % pour les camions, de 5 % pour les véhicules particuliers et de 4 % pour les engins agricoles. Les hausses seront appliquées entre le 1er mars et le 1er juin. « La tendance pour 2011 devrait être une augmentation de 10 à 15 % », estime-t-on encore.

Et le pire reste peut-être à venir, car certains acteurs n’hésitent pas à comparer le pneu au nouvel “ or noir ”. Ainsi, en plus de l’augmentation attendue des prix, certains experts s’attendent à une pénurie de pneus. La raison est tout simplement la demande croissante des pays émergents, en Europe et hors Europe. Le nombre toujours plus élevé de véhicules dans ces pays entraîne un accroissement des livraisons aux constructeurs et donc, par voie de conséquence, une diminution des pneus sur le marché de la rechange.

Mots clefs associés à cet article : Pneumatique, Michelin

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • NTN-SNR renforce les liens
    NTN-SNR renforce les liens
  • Tomohiko Masuta prend la direction de Falken et Sumitomo en Europe
    Tomohiko Masuta prend la direction de Falken et Sumitomo en Europe
  • Mirka rachète les meules Urma Rolls
    Mirka rachète les meules Urma Rolls
  • Brembo va acheter le groupe espagnol J.Juan
    Brembo va acheter le groupe espagnol J.Juan
  • Que pèsera le nouvel ensemble Goodyear Cooper ?
    Que pèsera le nouvel ensemble Goodyear Cooper ?
  • Goodyear fait évoluer sa gamme EfficientGrip
    Goodyear fait évoluer sa gamme EfficientGrip
  • Valeo retrouve son CA d’avant crise
    Valeo retrouve son CA d’avant crise
  • Michelin renoue avec la croissance
    Michelin renoue avec la croissance
  • Goodyear sous le signe de la reprise
    Goodyear sous le signe de la reprise
  • Jens Schüler va prendre la tête de la division aftermarket de Schaeffler
    Jens Schüler va prendre la tête de la division aftermarket de Schaeffler
  •  Audrey Harling prend la tête de Tenneco DRIV Motorparts EMEA
    Audrey Harling prend la tête de Tenneco DRIV Motorparts EMEA
  • Aisin se réorganise et devient Aisin Corporation
    Aisin se réorganise et devient Aisin Corporation
  • Liqui Moly entre chez Feu Vert
    Liqui Moly entre chez Feu Vert
  • Jean-Michel Vermeire, nouveau patron de KYB France
    Jean-Michel Vermeire, nouveau patron de KYB France
  • Corteco promeut sa gamme de PSD
    Corteco promeut sa gamme de PSD

Newsletter
Recherche