Pourquoi Petit Forestier ne rachètera pas Fraikin

Publié le par .

Les contraintes de l’Autorité de la concurrence ont finalement poussé Petit Forestier à abandonner son projet d’acquisition de Fraikin.

Le rachat de Fraikin par Petit Forestier a fini par échouer.
Le rachat de Fraikin par Petit Forestier a fini par échouer.

Annoncé en juin dernier, le rachat du groupe Fraikin par Petit Forestier n’aura finalement pas lieu. Le spécialiste de location de véhicules frigorifiques annonce dans un communiqué avoir jeté l’éponge face aux réticences exprimées par l’Autorité de la concurrence.

Cette dernière estimait en effet que cette opération aurait abouti à un « quasi-monopole de la nouvelle entité avec une part de marché de 90 % » ainsi qu’à d’importants « chevauchements d’activité entre les parties au niveau local sur les marchés de la location longue durée et courte durée de véhicules industriels frigorifiques ». Un constat qui faisait peser le risque, selon l’institution, d’une augmentation des prix pour les clients.

Fraikin fragilisé par sa dette

Pour éviter cette situation, l’Autorité a proposé plusieurs solutions (cessions d’agences locales, de véhicules, de contrats) qui n’ont pas été retenues par Petit Forestier. « Le groupe a toujours considéré comme prépondérante et stratégique la préservation de l’intégrité de ses implantations et marchés dans le respect des salariés et des clients, ainsi que le non démantèlement du réseau de Fraikin », a commenté la société familiale.

C’est un coup dur pour le loueur, qui tablait sur ce rachat pour acquérir une échelle plus importante sur le marché européen et étoffer son portefeuille de services. L’annonce tombe également au plus mauvais moment pour Fraikin, qui doit honorer en mars une dette s’élevant à plus de 300 millions d’euros contractée lors du rachat de la société par LBO en 2007 par le fonds CVC Capital Partners.

Mots clefs associés à cet article : Location

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • e-Invoicing : le digital au service de la facturation et du transport à la demande
    e-Invoicing : le digital au service de la facturation et du transport à la demande
  • Xee propose ses services aux PL en connectant leurs données
    Xee propose ses services aux PL en connectant leurs données
  • Everoad lance « Everoad Boost », un programme de services pour les TPE et PME du transport routier
    Everoad lance « Everoad Boost », un programme de services pour les TPE et PME du transport routier
  • Dual Control, la solution d’Ekolis pour le suivi du couple tracteur-remorque
    Dual Control, la solution d’Ekolis pour le suivi du couple tracteur-remorque
  • Le groupe Berto poursuit sa croissance
    Le groupe Berto poursuit sa croissance
  • My-Trucks mets son 1000e camion à la route
    My-Trucks mets son 1000e camion à la route
  • Strada suit le transport et sa température
    Strada suit le transport et sa température
  • Antargaz livre le gaz avec un camion au gaz
    Antargaz livre le gaz avec un camion au gaz
  • DHL débute la livraison en électrique avec un MAN eTGE
    DHL débute la livraison en électrique avec un MAN eTGE
  • EDP intègre une fonction TPMS à ses logiciels
    EDP intègre une fonction TPMS à ses logiciels
  • Solutrans 2019, dernière ligne droite
    Solutrans 2019, dernière ligne droite
  • Niort Frères informe sur la réglementation 1C
    Niort Frères informe sur la réglementation 1C
  • Verizon Connect simplifie l’usage des chronotachygraphes
    Verizon Connect simplifie l’usage des chronotachygraphes
  • FretBay Now pousse le cotransportage
    FretBay Now pousse le cotransportage
  • Everoad prédit les risques du transport routier
    Everoad prédit les risques du transport routier

Newsletter
Recherche