Pourquoi les constructeurs accélèrent sur le véhicule d’occasion

Publié le par .

Alors que le marché du neuf, mature, peine à progresser, les constructeurs et leurs réseaux se tournent vers le véhicule d’occasion pour se donner de l’oxygène. Le marché de l’occasion ne cesse de gagner en valeur sous l’influence de paramètres socio-économiques.

Le marché de l'occasion croît de 7 % par an en passant de 5,4 milliards d’euros en 1990 à 18 milliards en 2019
Le marché de l'occasion croît de 7 % par an en passant de 5,4 milliards d’euros en 1990 à 18 milliards en 2019

Le marché du véhicule d’occasion (VO) ne connaît pas la crise. En juin dernier, il a même battu un record avec 585 744 immatriculations, soit une hausse de 28 % par rapport à juin 2019 ! Il se vend chaque année entre 5,4 et 5,6 millions de VO. L’année 2019 s’est même terminée avec une hausse de 2 % avec 5,77 millions de VO écoulés. Depuis 2013, le marché est plutôt en progression si l’on exclut la baisse de 2018 (– 1,7 %).

Si les professionnels ne vendent que 4 véhicules sur 10, les constructeurs et leurs réseaux sont à l’offensive et entendent bien gagner des points sur ce marché devenu stratégique. À titre d’exemple, PSA est sans doute le constructeur le plus combattif en la matière. Le constructeur a mis en place une business unit consacrée à l’occasion. Depuis près de trois ans, il multiplie les initiatives. Dernière en date : spoticar.fr lancé en mai 2019. Le site internet regroupe tous les véhicules d’occasion de 1 500 concessionnaires et agents Citroën, DS, Peugeot et Opel. Un total de 40 000 véhicules toutes marques. Le constructeur français a de même mis la main en 2018 sur Aramisauto, spécialiste du reconditionnement de VO. PSA a été jusqu’à lancer en 2017 le site carventura.com, spécialiste de la transaction de VO entre particuliers, où désormais les annonces de professionnels sont les bienvenues.

Parallèlement, les grands groupes de concessionnaires structurent aussi leur offre VO sur le Web avec des parcours d’achat entièrement digitalisés. Au premier chef figurent les groupes Bernard, avec autobernard.com, Parot, avec ses deux sites VO3000.com et zanzicar.fr, fraîchement remis au goût du jour, sans oublier bien sûr Emil Frey et son site autosphere.fr.

Ces distributeurs souhaitent profiter de la manne que représente le marché du VO, véritable relais de croissance avec un volume de vente 2,5 fois plus élevé que le marché du véhicule neuf. Mieux encore, en valeur, le marché croît de 7 % par an en passant de 5,4 milliards d’euros en 1990 à 18 milliards en 2019. C’est 60 % de la valeur des ventes de voitures neuves, contre 40 % en 2011.

« Les prix augmentent du fait de l’essor des occasions très récentes de moins de 2 ans. S’il faut débourser en moyenne 3 000 euros pour une occasion, c’est plutôt 16 000 euros lorsque le véhicule est revendu par un professionnel, un prix en hausse de 2,5 % par an depuis 2013  » explique Philippe Gattet, directeur d’études chez Xerfi. Les occasions de moins de 2 ans représentent 16,7 % des ventes, avec une progression de 10 % en un an.

Le VO poussé par le contexte social et la montée en puissance du leasing

Autre intérêt de l’occasion : celui d’alimenter les services comme l’entretien-réparation, mais aussi le financement par leasing en pleine croissance, qui concerne désormais aussi bien les entreprises que les particuliers. La location devient même une composante du marché de l’occasion. Le succès du leasing n’est pas sans conséquences sur le modèle économique des constructeurs. Ces derniers se retrouvent, en effet, avec un volume croissant de VO récents prêts à vivre une seconde vie tant la fiabilité des véhicules est grandissante. Des voitures qu’ils cherchent à valoriser au mieux en les revendant ou en les louant directement aux particuliers, et non plus à des marchands ou des enchristes.

Au vu du contexte social, le VO est aussi la réponse à un marché du neuf qui se rétrécit. À peine plus de 3 % des ménages ont acheté une voiture neuve en 2019. Deux fois moins qu’il y a une trentaine d’années. « Le profil moyen d’un acheteur a aussi évolué. En 1991, il avait 44 ans en moyenne, contre 56 aujourd’hui. Il débourse en moyenne 25 000 euros, un effort financier deux fois plus important que dans les années 1970. Le marché auto se polarise : le neuf pour la France d’en haut est devenu une niche, mais la plus rentable, et l’occasion pour la France d’en bas un marché de masse », conclut Philippe Gattet.

Mots clefs associés à cet article : Véhicules d’occasion

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • L’occasion signe un record absolu en juillet
    L’occasion signe un record absolu en juillet
  • Trustoo s’associe à LeLynx.fr
    Trustoo s’associe à LeLynx.fr
  • Arval Autoselect capitalise sur la notoriété d’Arval
    Arval Autoselect capitalise sur la notoriété d’Arval
  • [Video] Weinmann Technologies mise sur le remarketing VO
    [Video] Weinmann Technologies mise sur le remarketing VO
  • Le nouveau profil de l’acheteur de véhicule d’occasion
    Le nouveau profil de l’acheteur de véhicule d’occasion
  • Record d’immatriculations des occasions en juin
    Record d’immatriculations des occasions en juin
  • Je vends votre auto noue un partenariat avec Et Hop ! Pare-brise
    Je vends votre auto noue un partenariat avec Et Hop ! Pare-brise
  • Carlab : faire la différence dans un marché ultra-concurrentiel
    Carlab : faire la différence dans un marché ultra-concurrentiel
  • Stampyt se lance dans la vidéo
    Stampyt se lance dans la vidéo
  • Arval France Autovalley devient Arval Autoselect
    Arval France Autovalley devient Arval Autoselect
  • Autosphère se lance dans la location de véhicules de collection
    Autosphère se lance dans la location de véhicules de collection
  • Le marché de l’occasion reprend des couleurs
    Le marché de l’occasion reprend des couleurs
  • Capcar répond au Covid-19 par l’innovation
    Capcar répond au Covid-19 par l’innovation
  • Stampyt lance le « détourage hybride »
    Stampyt lance le « détourage hybride »
  • Baisse de 77,3 % des ventes VO en avril
    Baisse de 77,3 % des ventes VO en avril

Newsletter
Recherche