RTE pourra alimenter le parc électrique en 2035

Publié le par .

Lors d’une conférence de presse, RTE, gestionnaire du réseau de transport d’électricité, affirme que le France pourra alimenter les 16 millions de véhicules électriques en circulation en 2035.

RTE, gestionnaire du réseau de transport d'électricité, affirme que le France pourra alimenter 16 millions de véhicules électriques.
RTE, gestionnaire du réseau de transport d'électricité, affirme que le France pourra alimenter 16 millions de véhicules électriques.

Le réseau électrique en France sera-t-il en mesure de supporter la mobilité électrique ? Chaque année, au cœur de l’hiver, la question se pose lorsque les fournisseurs d’énergie appellent les foyers et les industriels à réduire leurs consommations aux heures de pointe. À cette interrogation, RTE, gestionnaire du réseau de transport d’électricité, se montre rassurant. Il a indiqué, lors d’une conférence de presse, qu’il pourra alimenter les 16 millions de véhicules électriques en circulation en 2035. Un volume qui entre dans ses hypothèses de travail.

Selon RTE, les besoins provenant de la mobilité électrique représenteraient à peine plus de 10 % de la demande. Le gestionnaire a pour idée d’inciter les automobilistes à recharger à des moments où l’électricité est produite en excès, mais également de devenir producteur en réinjectant la charge de sa batterie sur le système électrique en cas de besoin.

Aujourd’hui, en moyenne, le coût total par an pour le carburant d’un véhicule essence s’élèverait à 1 240 euros pour une utilisation d’environ 15 000 kilomètres. Passer à un modèle électrique avec une recharge de base diviserait par quatre le coût d’utilisation (420 euros). Selon le quotidien Libération, ces gains augmenteraient au fur et à mesure en optant pour un mode de pilotage intelligent de la recharge. Pour cela, RTE mise sur les fournisseurs d’électricité pour proposer une offre tarifaire qui inciterait les consommateurs à recharger leurs batteries en heure creuse. Profiter des heures creuses permettrait d’avoisiner un coût annuel de 280 euros.

Enfin, RTE affirme qu’un véhicule électrique devient réellement vertueux au bout de 15 000 kilomètres si on tient compte de la fabrication des batteries plutôt polluante. La fabrication en Europe et en France de batteries pourrait abaisser cette pollution.

Dans la même rubrique :

  • FFED homologue un sixième boitier de conversion au E85
    FFED homologue un sixième boitier de conversion au E85
  • Club Identicar promeut le gravage contre le vol
    Club Identicar promeut le gravage contre le vol
  • Le bonus augmente dès maintenant pour les VUL électriques
    Le bonus augmente dès maintenant pour les VUL électriques
  • [Vidéo] L’essentiel des actualités - Semaine du 19 au 23 juillet 2021
    [Vidéo] L’essentiel des actualités - Semaine du 19 au 23 juillet 2021
  • Le marché français des véhicules de collection pèse 4 milliards d’euros
    Le marché français des véhicules de collection pèse 4 milliards d’euros
  • Natixis encourage la bonne préparation des véhicules avant la route
    Natixis encourage la bonne préparation des véhicules avant la route
  • La branche des services renforce son accompagnement des jeunes
    La branche des services renforce son accompagnement des jeunes
  • 8ème batch du Moove Lab, c’est parti !
    8ème batch du Moove Lab, c’est parti !
  • [Vidéo] Entretien avec Thibault Sarrazin, Kitts
    [Vidéo] Entretien avec Thibault Sarrazin, Kitts
  • Loi Climat et ZFE : le calendrier officiel
    Loi Climat et ZFE : le calendrier officiel
  • Pneus hiver : un nouveau panneau pour signaler leur monte obligatoire
    Pneus hiver : un nouveau panneau pour signaler leur monte obligatoire
  • Garages : une activité toujours en dessous de 2019 sur le premier semestre
    Garages : une activité toujours en dessous de 2019 sur le premier semestre
  • [Vidéo] L’essentiel des actualités - Semaine du 12 au 16 juillet 2021
    [Vidéo] L’essentiel des actualités - Semaine du 12 au 16 juillet 2021
  • Le CNPA reste la première force syndicale de la branche des services de l’automobile
    Le CNPA reste la première force syndicale de la branche des services de l’automobile
  • Fin du thermique dès 2035 : entre craintes, critiques et enthousiasme
    Fin du thermique dès 2035 : entre craintes, critiques et enthousiasme

Newsletter
Recherche