Réso-VO met en relation les vendeurs et les acheteurs professionnels

Publié le par .

Réso-VO est la nouvelle plate-forme en ligne de vente de véhicules et matériels industriels d’occasion. Le site de courtage met ainsi en relation les professionnels qui souhaitent acheter ou vendre leur véhicule aux mieux offrants… mais sans intermédiaire.

Réso-VO propose également des services supplémentaires tels qu'une expertise, garantie, support administratif…
Réso-VO propose également des services supplémentaires tels qu'une expertise, garantie, support administratif…

Réso-VO, lancé il y a quelques jours seulement, est une plate-forme en ligne de vente directe aux mieux-offrants de VI d’occasion. Véhicules industriels, poids lourds, matériel agricoles, chariots élévateurs, etc., les vendeurs professionnels qui souhaitent se séparer de leur(s) produit(s) peuvent s’inscrire gratuitement sur le site pour les vendre. Le site accessible aux acheteurs et vendeurs professionnels se veut une plate-forme de courtage où les utilisateurs se passent d’intermédiaire pour réaliser les transactions.

Pour ce faire, le vendeur doit s’inscrire en ligne et indiquer notamment le prix plancher qu’il souhaite appliquer à son véhicule ou matériel. Ensuite, une fois validée par Réso-VO, l’annonce est soumise aux acheteurs professionnels potentiels lors d’une session de vente. « Cela permet de limiter le nombre d’intermédiaires et forcément de jouer sur les prix. Le vendeur et l’acheteur sont ainsi tous deux gagnants » lance Philippe Riera, fondateur de la plate-forme en ligne. Fort de vingt-cinq ans d’expérience dans le secteur du véhicule industriel, Philippe Riera promet une augmentation de la plus-value de cession d’environ15 % du véhicule industriel.

100 à 150 transactions mensuelles d’ici à décembre

La plate-forme de courtage s’adresse particulièrement aux entreprises, notamment à leurs responsables de parc. « Les entreprises n’ont pas souvent le temps ni les ressources nécessaires pour gérer au mieux le parc usagé. Nous leur proposons de sous-traiter cette activité et de trouver la meilleure offre au meilleur prix », explique Philippe Riera. Le site se rémunère en prélevant une commission sur le montant de la vente imputée à l’acheteur. « Cela dépend du prix mais il faut compter en moyenne 590 euros par vente. Pour un véhicule à 5 000 euros, par exemple, elle sera d’environ 300 euros », détaille le fondateur.

Réso-VO – qui a déjà enregistré 150 vendeurs et 1 000 acheteurs au niveau européen – vise 100 à 150 transactions mensuelles d’ici à décembre 2017 et entre 200 et 250 ventes par mois à un an d’existence. Philippe Riera et son équipe ont lancé une campagne de démarchage pour étoffer leur portefeuille de vendeurs et d’acheteurs afin d’atteindre ces objectifs.

Dans la même rubrique :

  • Strada suit le transport et sa température
    Strada suit le transport et sa température
  • Antargaz livre le gaz avec un camion au gaz
    Antargaz livre le gaz avec un camion au gaz
  • DHL débute la livraison en électrique avec un MAN eTGE
    DHL débute la livraison en électrique avec un MAN eTGE
  • EDP intègre une fonction TPMS à ses logiciels
    EDP intègre une fonction TPMS à ses logiciels
  • Solutrans 2019, dernière ligne droite
    Solutrans 2019, dernière ligne droite
  • Niort Frères informe sur la réglementation 1C
    Niort Frères informe sur la réglementation 1C
  • Verizon Connect simplifie l’usage des chronotachygraphes
    Verizon Connect simplifie l’usage des chronotachygraphes
  • FretBay Now pousse le cotransportage
    FretBay Now pousse le cotransportage
  • Everoad prédit les risques du transport routier
    Everoad prédit les risques du transport routier
  • TIP Trailer Services offrira un stationnement sécurisé
    TIP Trailer Services offrira un stationnement sécurisé
  • Novacom accompagne les transporteurs
    Novacom accompagne les transporteurs
  • L’autocar a besoin de mécaniciens
    L’autocar a besoin de mécaniciens
  • Embellie confirmée pour les marchés VI et TRM
    Embellie confirmée pour les marchés VI et TRM
  • Le SNTCA veut aussi différer le nouveau contrôle technique pour les poids lourds
    Le SNTCA veut aussi différer le nouveau contrôle technique pour les poids lourds
  • Les tendances du marché de l’occasion
    Les tendances du marché de l’occasion

Newsletter
Recherche