Rôle économique de l’expert : la FNAA incrédule

Publié le par .

Pour la FNAA, l’arrêt du 2 février émis par la Cour de cassation ne peut faire jurisprudence tant il est à ses yeux imprécis et partiel.

Rôle économique de l’expert : la FNAA incrédule

La FNAA (Fédération nationale de l’artisanat automobile) vient de faire part de son étonnement à l’encontre de l’arrêt du 2 février dernier, dans lequel la Cour de Cassation s’est prononcée sur la possibilité pour l’expert d’évaluer le coût de la réparation en retenant un tarif horaire moyen différent de celui du réparateur.

Le syndicat reste réservé à l’égard d’un texte qui selon lui ne peut être de portée générale tant il est imprécis et partiel. « Ses arguments traduisent un inhabituel et inopportun manque de rigueur de la part de la Haute juridiction », lâche la FNAA.

Selon l’organisation patronale, le texte reste imprécis car, pour faire jouer la concurrence entre les professionnels, la Cour a retenu des éléments d’appréciation s’appuyant tantôt sur des prix publics pratiqués par les professionnels voisins, tantôt sur des prix pratiqués par les professionnels de la région, « alors qu’elle aurait dû définir et qualifier juridiquement l’échelle géographique de comparaison et harmoniser ainsi les différentes appréciations fluctuantes des tribunaux depuis plus de vingt-cinq ans » explique-t-elle.

Un jugement partiel

Toujours selon la FNAA, pour faire jouer la concurrence, la Cour n’aurait pas dû se borner à retenir un écart sur le seul taux horaire mais définir une méthodologie objective. À savoir : le secteur géographique de référence du marché local de l’entreprise ; l’identification dans cette zone des réparateurs ayant des conditions économiques équivalentes (compétences, équipements, niveau de qualification et de formation du personnel, taille d’entreprise…) ; l’exécution de prestations de qualités équivalentes (méthodologie de réparation, délais d’intervention, services annexes, garantie…).

« Si l’expert estime le coût global des réparations trop élevé, il doit le prouver par des éléments concrets et objectifs comme l’ont jugé à de nombreuses reprises les tribunaux », commente la FNAA. Et de conclure : « La FNAA est d’autant plus attachée à ces exigences légitimes qu’elle constate malheureusement l’état de dépendance croissant des experts vis-à-vis de leurs apporteurs d’affaires. Cette situation ne permet plus hélas de garantir une parfaite objectivité de l’expertise. En définitive, la position de la deuxième chambre civile de la Cour de cassation aboutit à une approche arbitraire de l’expert qui porte atteinte non seulement à la liberté du réparateur de fixer ses prix, mais également à celle du consommateur de choisir son réparateur. »

Mots clefs associés à cet article : FNAA, Expertise

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Les enseignes de carrosserie récompensent leurs adhérents
    Les enseignes de carrosserie récompensent leurs adhérents
  • Comment le Gouvernement entend libéraliser les pièces de carrosserie
    Comment le Gouvernement entend libéraliser les pièces de carrosserie
  • Pièces : envolée des prix
    Pièces : envolée des prix
  • Carméléon : une école pour grandir
    Carméléon : une école pour grandir
  • Five Star déploie son panneau Repair Zen
    Five Star déploie son panneau Repair Zen
  • Expertise : le CNPA porte plainte auprès de la Commision européenne
    Expertise : le CNPA porte plainte auprès de la Commision européenne
  • La DGCCRF se penche sur les relations « déséquilibrées » entre assureurs et carrossiers
    La DGCCRF se penche sur les relations « déséquilibrées » entre assureurs et carrossiers
  • Axial renforce sa collaboration avec Axalta
    Axial renforce sa collaboration avec Axalta
  • Omia se lance dans le sur mesure et le VO
    Omia se lance dans le sur mesure et le VO
  • Carflex organisera Innovaflex à Lille
    Carflex organisera Innovaflex à Lille
  • Les Adas toujours plus répandus dans le parc
    Les Adas toujours plus répandus dans le parc
  • Flottes : Carméléon propose la notion de « TCR »
    Flottes : Carméléon propose la notion de « TCR »
  • AD Carrosserie comptabilise plus de 700 ateliers
    AD Carrosserie comptabilise plus de 700 ateliers
  • Pouvoir d’achat : la libéralisation des pièces de carrosserie en question
    Pouvoir d’achat : la libéralisation des pièces de carrosserie en question
  • Arval digitalise la gestion des sinistres auto
    Arval digitalise la gestion des sinistres auto

Newsletter
Recherche