Saumur désormais équipé d’une station bioGNV

Publié le par .

La ville de Saumur vient de s’équiper, avec la complicité de Saumur Energies Vertes, d’une station délivrant du bioGNV. La station vise le passage de 25 camions par jour.

La ville de Saumur vient de s’équiper, avec la complicité de Saumur Énergies Vertes, d’une station délivrant du bioGNV. (© Saumur Énergies Vertes)
La ville de Saumur vient de s’équiper, avec la complicité de Saumur Énergies Vertes, d’une station délivrant du bioGNV. (© Saumur Énergies Vertes)

La ville de Saumur (Maine-et-Loire) a inauguré le 14 février dernier une station bioGNV, mise en place par l’entreprise locale Saumur Énergies Vertes. La station est en fonctionnement depuis le 21 janvier et approvisionne pour l’heure une dizaine de camions par jour.

À partir de mai, elle sera alimentée en biogaz par l’unité de méthanisation de la ville de Chacé, située à 7 kilomètres ; un projet porté en parallèle par Saumur Énergies Vertes et dont le chantier devrait bientôt toucher à sa fin. En attendant, le biogaz provient d’autres unités de méthanisation situées à proximité.

« Le bioGNV s’inscrit dans une vraie logique de circuit court. C’est un carburant local et 100 % renouvelable, produit à partir de déchets organiques provenant d’entreprises environnantes » indique Lucien Gerbier, dirigeant de LBG Environnement Groupe et président de Saumur Énergies Vertes.

Bon pour l’air et le porte-monnaie

En limitant l’usage des énergies fossiles, le bioGNV réduit de 80 % les émissions de gaz à effet de serre. De plus, il améliore significativement la qualité de l’air puisqu’il permet de réduire de 95 % les rejets de particules fines et de 50 % les émissions d’oxydes d’azote par rapport à la norme antipollution Euro 6.

Le kilo de gaz, qui correspond environ à un litre d’essence, est vendu 1,10 euro, prix public. Un tarif abonné, plus avantageux, sera appliqué pour les clients réguliers.

« Si à l’achat un poids lourd roulant au gaz est environ 20 % plus cher qu’un poids lourd fonctionnant au diesel, cet investissement est compensé par les économies de carburant réalisées. Celles-ci me permettent de rentabiliser la moitié d’un camion en cinq ans », explique Lucien Gerbier. Autre avantage pour les professionnels du transport : un moteur GNV est beaucoup moins bruyant qu’un moteur Diesel.

« Notre objectif est d’atteindre 25 camions par jour à la pompe afin de rentabiliser la station », conclut Lucien Gerbier.

Dans la même rubrique :

  • Kertrucks s’étend en Loire-Atlantique avec Arcomeca
    Kertrucks s’étend en Loire-Atlantique avec Arcomeca
  • La Poste resigne avec TIP Trailer Service
    La Poste resigne avec TIP Trailer Service
  • DKV : un portail pour des données en temps réel
    DKV : un portail pour des données en temps réel
  • Transport routier : pour une gestion de crise commune
    Transport routier : pour une gestion de crise commune
  • Filière VI : les perspectives de l’OVI
    Filière VI : les perspectives de l’OVI
  • C2A Truck et Negometal : une seule carte et un OBU
    C2A Truck et Negometal : une seule carte et un OBU
  • DKV et FleetPartner partenaires au service des flottes
    DKV et FleetPartner partenaires au service des flottes
  • Le Monde du transport réuni ouvre ses adhésions
    Le Monde du transport réuni ouvre ses adhésions
  • Chronotachyservice.com assiste les transporteurs
    Chronotachyservice.com assiste les transporteurs
  • Le Salon Solutrans évolue
    Le Salon Solutrans évolue
  • Ontruck lève 17 millions d’euros auprès des géants de l’énergie
    Ontruck lève 17 millions d’euros auprès des géants de l’énergie
  • Ekolis innove avec le capteur de charge
    Ekolis innove avec le capteur de charge
  • Crise sanitaire : UTA accompagne Tred Union
    Crise sanitaire : UTA accompagne Tred Union
  • Strada nomme Ludovic Simonnot vice-président
    Strada nomme Ludovic Simonnot vice-président
  • Clovis Location souhaite accompagner la relance des entreprises
    Clovis Location souhaite accompagner la relance des entreprises

Newsletter
Recherche