Sterne : le transport sur mesure

Publié le par .

Déjà composé de sept entreprises, le groupe Sterne cherche à se faire un nom sur le marché du transport sur mesure et de précision. Ses offres s’adressent à toutes les formes de transport qui ne sont pas industrialisables.

Le groupe Sterne cherche à se faire un nom sur le marché du transport sur mesure et de précision.
Le groupe Sterne cherche à se faire un nom sur le marché du transport sur mesure et de précision.

Créée en 2017, la marque de transport Sterne reste peu connue sur le marché. Pourtant, la société qui réalise un chiffre d’affaires de 202 millions d’euros et qui emploie près de 1 100 collaborateurs dans 55 agences en France et à l’international est un acteur de poids sur ses marchés très spécifiques.

Si le groupe s’avère mal connu, ses filiales le sont davantage. Le groupe Sterne se construit depuis deux ans avec le rachat d’entreprises, porté par le LBO de son actionnaire majoritaire Meeschaert Capital Partners. Certainement plus réputée est la première société du groupe : TCS. Née en 1972 en Aquitaine, cette entreprise est l’un des leaders en France sur le créneau du transport régulier sur mesure.

Stratégie de croissance

Depuis 2017, le groupe Sterne poursuit une stratégie de croissance et d’offre globale, basée sur l’acquisition de sociétés reconnues pour leur savoir-faire sur leurs marchés. Le groupe, qui se rêve en ETI, est à ce stade composé de six entreprises avec Bip Bip Courses (spécialisé dans le transport de produits urgents et sensibles), le logisticien RAC en Rhône-Alpes, Partner Express (société basée en Ile-de-France spécialisée dans le transport sur zones réservées aéroportuaires), Novea (spécialiste de la logistique et de la livraison du dernier kilomètre) et ATS (spécialisé dans la logistique premium dans la santé et les produits urgents et hors normes).

Sterne fonde sa stratégie sur la volonté d’apporter à ses clients une prestation sur mesure. « Le marché européen pèse environ 300 milliards d’euros ; la part que nous ciblons correspond aux niches des prestations spécialisées et sur mesure, en forte croissance et peu intégrées dans l’offre standardisée des grands groupes internationaux » explique Daniel Desage, président-directeur général de Sterne. En résumé, Sterne cherche à s’attaquer à toutes les missions de transport qui ne peuvent pas être industrialisables.

Adapter ses prestations

La particularité du groupe est d’adapter ses prestations selon la typologie des flux (réguliers et de précision de nuit comme de jour, urbains ou urgents) et la nature des besoins (de l’automobile aux banques en passant par la santé). L’entreprise dispose en outre d’une plate-forme digitale pour offrir une chaîne numérique en matière de relation client, de traçabilité et d’optimisation en temps réel des flux. « Nous souhaitons apporter de la valeur ajoutée à nos clients en nous demandant toujours en quoi nos services peuvent contribuer à leur développement. Notre modèle repose sur des coûts mesurés pour des services pointus », commente le P-DG.

L’ambition de Sterne est de renforcer sa présence en France et en Europe, notamment grâce à de la croissance externe. Des acquisitions en Allemagne et en Europe du Sud sont envisagées. Sa croissance s’appuiera également sur de nouveaux marchés (approvisionnement urgent des plates-formes d’e-commerce notamment) et de nouveaux secteurs d’activité.

Cette année, le groupe prévoit une croissance organique d’environ 10 %, pour atteindre le chiffre d’affaires de 220 millions d’euros.

Le groupe Sterne en quelques chiffres :
-  1 900 tournées par jour ;
-  3 500 courses urbaines ;
-  72 000 livraisons par jour ;
-  80 % des livraisons de nuit ;
-  38 000 points servis ;
-  2 000 clients ;
-  flotte de 420 véhicules en propre ;
-  80 % de l’activité sous-traitée.

Mots clefs associés à cet article : Transport

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Sterne à la fois freiné et remonté par la crise
    Sterne à la fois freiné et remonté par la crise
  • TRM : une activité pas si polluante qu’on imagine !
    TRM : une activité pas si polluante qu’on imagine !
  • FNTR : première édition de la Semaine nationale du transport routier de marchandises
    FNTR : première édition de la Semaine nationale du transport routier de marchandises
  • Xerfi prévoit une baisse de 18 % du CA du transport et de l’entreposage
    Xerfi prévoit une baisse de 18 % du CA du transport et de l’entreposage
  • Le TRM toujours privé du report de la suppression de l’avantage fiscal sur le gazole
    Le TRM toujours privé du report de la suppression de l’avantage fiscal sur le gazole
  • Quatre Mercedes Actros pour un convoi de 330 tonnes
    Quatre Mercedes Actros pour un convoi de 330 tonnes
  • TRM : l’orage gronde
    TRM : l’orage gronde
  • Les mesures sanitaires amputent de 2,5 % le prix de revient du TRM
    Les mesures sanitaires amputent de 2,5 % le prix de revient du TRM
  • Covid-19 : le secteur du transport routier salue le plan de la Commission pour stimuler l’économie européenne
    Covid-19 : le secteur du transport routier salue le plan de la Commission pour stimuler l’économie européenne
  • Covid-19 : quels surcoûts pour protéger les salariés ?
    Covid-19 : quels surcoûts pour protéger les salariés ?
  • Crise du Covid-19 : la FNTR publie sa troisième enquête d’impact
    Crise du Covid-19 : la FNTR publie sa troisième enquête d’impact
  • L’OTRE écrit aux élus de l’État pour faire stopper temporairement le cabotage
    L’OTRE écrit aux élus de l’État pour faire stopper temporairement le cabotage
  • Lidl récompense les chauffeurs
    Lidl récompense les chauffeurs
  • Transarco se lance dans la logistique et intègre le groupement Tred Union
    Transarco se lance dans la logistique et intègre le groupement Tred Union
  • Les Transports Bray mobilisés et reconnaissants
    Les Transports Bray mobilisés et reconnaissants

Newsletter
Recherche