Tchek automatise l’inspection automobile

Publié le par .

La dernière génération d’inspection automobile est déjà sur le marché : elle devient automatique et digitale. Deux acteurs, dont Tchek, propose notamment un gain de temps considérable grâce à un scanner qui automatise le diagnostic du véhicule.

Selon Tchek, la solution permet une baisse de 80 % des litiges.
Selon Tchek, la solution permet une baisse de 80 % des litiges.

Il a fallu 3 années de R&D à Tchek pour développer sa solution éponyme. La start-up propose un dispositif dit intelligent pour automatiser l’inspection automobile. Tchek est un scanner par lequel le véhicule passe pour établir en quelques secondes un diagnostic. Le scanner permet ainsi de photographier le véhicule concerné sous toutes ses coutures pour en extraire une analyse complète relatant les dommages sur la carrosserie. A l’instar de WeProov, qui lancé son portique intelligent au début de l’année, la solution permet en outre d’établir un rapport automatique et digital qui comprend les frais de remise en état.

Un gain de temps et une solution plus fiable

Mis sur le marché depuis un an, Tchek est d’ores et déjà utilisé par des concessionnaires, des spécialistes de la rénovation de VO et des loueurs. Sur cette dernière catégorie de professionnels, la start-up a d’ailleurs effectué un bilan avant/après l’utilisation du scanner. « Pour les loueurs qui utilisent nos solutions, nous avons relevé une baisse de 80 % des litiges. En outre auparavant ils mettaient en moyenne 15 minutes pour vérifier un véhicule, avaient 20 % d’erreurs et tout était réalisé manuellement. Avec Tchek, c’est 5 secondes pour vérifier un véhicule, en moyenne 9 % d’erreurs et une solution 100% digitale  », détaille Marine Piranian, attachée de presse de la jeune pousse.

Créé par Anton Fert et Léa Chévy en 2016, le scanner a déjà été utilisé sur 20 000 véhicules. La start-up espère séduire davantage de professionnels parmi lesquels, loueurs, concessionnaires, rénovateur VO, gestionnaires de parcs et logisticiens. La solution, installée directement par l’entreprise est louable sur une durée de 3 ans. Son prix forfaitaire est calculé en fonction du volume de véhicules inspectés.

Mots clefs associés à cet article : Service, Innovation

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Hausse des vols par piratage électronique
    Hausse des vols par piratage électronique
  • OuiGlass rejoint la FFC
    OuiGlass rejoint la FFC
  • Daf Conseil pousse les formations à distance
    Daf Conseil pousse les formations à distance
  • Plan de relance : l’association Éco Entretien dénonce les 98 % d’automobilistes oubliés
    Plan de relance : l’association Éco Entretien dénonce les 98 % d’automobilistes oubliés
  • Plan de relance : la FNA déplore l’absence de mesures pour les services
    Plan de relance : la FNA déplore l’absence de mesures pour les services
  • [Vidéo] Entretien avec Claire Cano-Houllier, Hiflow
    [Vidéo] Entretien avec Claire Cano-Houllier, Hiflow
  • Plan de relance : le CNPA requiert des mesures pour l’après-vente
    Plan de relance : le CNPA requiert des mesures pour l’après-vente
  • [Vidéo] Entretien avec Laurent Assis-Arantes, Opisto
    [Vidéo] Entretien avec Laurent Assis-Arantes, Opisto
  • Le CNPA dresse la liste des propositions pour secourir les services automobiles
    Le CNPA dresse la liste des propositions pour secourir les services automobiles
  • Club Identicar s’intéresse à l’usage de l’auto après le confinement
    Club Identicar s’intéresse à l’usage de l’auto après le confinement
  • Autoéco maintient les Trophées de l’environnement
    Autoéco maintient les Trophées de l’environnement
  • Renault déploie Zity à Paris
    Renault déploie Zity à Paris
  • La branche plaide pour la mise en place d’un chèque éco-entretien de 100 euros
    La branche plaide pour la mise en place d’un chèque éco-entretien de 100 euros
  • Garage : l’activité repart sur les chapeaux de roue
    Garage : l’activité repart sur les chapeaux de roue
  • 30 % des entreprises risqueraient la faillite selon le CNPA
    30 % des entreprises risqueraient la faillite selon le CNPA

Newsletter
Recherche