Transpolis, un site d’expérimentation à échelle réelle

Publié le par .

Située près de Lyon, le site de plus de 80 hectares est un centre d’expérimentation à taille réelle. Dominique Fernier, président de Transpolis nous parle de la « la ville laboratoire ».

Transpolis  a agrégé un investissement de 20 millions d’euros à ce jour, dont 50 % sont assurés par l’Ifsttar (Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux), et l’autre moitié par les groupes privés.
Transpolis a agrégé un investissement de 20 millions d’euros à ce jour, dont 50 % sont assurés par l’Ifsttar (Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux), et l’autre moitié par les groupes privés.

Des routes, des rues à plusieurs voies, des boulevards et des ronds-points, des pistes cyclables, des parkings et bientôt une barrière de péage, etc., la composent pour pouvoir tester toutes sortes de situations en milieu urbain, rural ou autoroutier. À ce jour, Transpolis regroupe 14 actionnaires issus de secteurs et d’univers différents, parmi lesquels Renault Trucks, la FFC, Colas, Vibratec ou Eve System.

Transpolis a notamment pour objectif l’homologation de produits, de systèmes et d’interface entre les véhicules connectés ou autonomes. Pour ce faire, la société propose la réalisation d’essais dans une infrastructure sécurisé et connectée. Elle s’appuie sur les chercheurs de l’Ifsttar, co-investisseur du projet, et sur une équipe de 15 ingénieurs dédiés à la réalisation de cas d’usage. « L’idée est de contribuer à assurer l’avènement des véhicules autonomes en assurant la cohabitation avec les usagers et les modes de transports actuels », indique Dominique Fernier, président de Transpolis.

DAPL : Pouvez-vous décrire la ville ?
Dominique Fernier : C’est la première ville complètement digitalisée. Une infrastructure intelligente avec 320 000 kilomètres de fibres optiques qui maillent l’ensemble du site. On y a totalement intégré la connectivité de la 5G à l’IOT (Internet of Things). L’outil est déjà avancé, on est dans une dynamique de marquage routier, qui peut être italien, américain, allemand, français...avec des variétés d’intersections par exemples. L’idée est de recréer des situations qui existent, mais aussi de trouver des solutions et innovations pour développer la mobilité de demain, notamment la conduite autonome.

DAPL : Pouvez-vous nous citer un exemple de test que vous pourriez réaliser ?
DF : Par exemple, lorsqu’un véhicule se trouve à une intersection, il y a une négociation à travers le regard qui ne se fait pas quand on utilise un véhicule autonome. C’est un véritable challenge car, d’un pays à un autre, les gens n’ont pas les mêmes comportements : un geste de courtoisie ou d’indication d’accord collectif n’est pas le même. Des chercheurs développent des méthodologies pour reconstruire cette situation tandis que les équipes de Transpolis SAS travaillent sur l’outil.

DAPL : Qui peut venir réaliser ces tests ?
DF : La ville-laboratoire n’est pas limitée à l’usage des partenaires. La recherche est ouverte à tout le monde, aux mêmes conditions, du fait de sa dimension publique. En ce qui concerne la partie innovation industrielle, c’est au cas par cas. Par exemple, Keolis (transport de voyageurs) va travailler à développer des innovations sur Transpolis. Keolis a identifié un parcours et déduit un certain nombre de situations critiques qu’il fallait maîtriser et tester sur la ville laboratoire.

Retrouvez l’interview complète de Dominique Fernier dans le n° 54 de Décision Atelier Poids Lourd

Mots clefs associés à cet article : Conduite autonome, Véhicule industriel, Service, FFC

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Le marché du VI 2020 s’annonce stable
    Le marché du VI 2020 s’annonce stable
  • Marché du VI 2019, la hausse confirmée
    Marché du VI 2019, la hausse confirmée
  • L’association France Logistique officiellement lancée
    L’association France Logistique officiellement lancée
  • Mercedes et Bosch investissent dans un centre d’essai au Brésil
    Mercedes et Bosch investissent dans un centre d’essai au Brésil
  • MAN étoffe l’application MAN Driver
    MAN étoffe l’application MAN Driver
  • Océan Orange Business lance son module Driver Connect
    Océan Orange Business lance son module Driver Connect
  • Loxam passe commande de porte-engins à Fraikin
    Loxam passe commande de porte-engins à Fraikin
  • Irium Software lance la dernière version de l’appli iMob Service
    Irium Software lance la dernière version de l’appli iMob Service
  • RIO traque les remorques
    RIO traque les remorques
  • La Feda et la garantie constructeur préservée
    La Feda et la garantie constructeur préservée
  • CAP VI racheté par l’anglais Bremsen Technik
    CAP VI racheté par l’anglais Bremsen Technik
  • Ital Express se lance dans l’équipement d’atelier
    Ital Express se lance dans l’équipement d’atelier
  • SGS propose une veille réglementaire
    SGS propose une veille réglementaire
  • C2A présente ses nouveaux services connectés
    C2A présente ses nouveaux services connectés
  • DKV lance un nouveau boîtier européen
    DKV lance un nouveau boîtier européen

Newsletter
Recherche