[Vidéo] Flauraud : trou d’air et logistique mécanisée

Publié le par .

L’année 2019 aura été compliquée pour Flauraud qui subit la dureté du marché, jusqu’alors armé d’un modèle logistique vieillissant. Le grossiste historique, sous le contrôle d’Emil Frey France et d’une nouvelle direction, compte redresser la barre après avoir investi 3 millions d’euros dans la modernisation de sa plate-forme pièces.

Stéphane Drouillard, nouveau directeur adjoint de Flauraud sur le salon Equip Auto
Stéphane Drouillard, nouveau directeur adjoint de Flauraud sur le salon Equip Auto

Plus de trois ans après la reprise de Flauraud par Emil Frey France, la situation reste tendue chez le distributeur de pièces multimarques en panne de croissance. Au point que le premier groupe de concessions automobile de France vient de mettre en place, pour suivre les opérations du grossiste, un nouveau directeur général adjoint en la personne de Stéphane Drouillard. Le dirigeant, qui cumule aussi la fonction de directeur commercial, connait bien le marché des pièces détachées pour avoir été directeur des activités pièces chez PGA Motors (racheté par Emil Frey).

Cette nomination fait suite au récent départ d’Erwan Chatelais arrivé fin 2016 en tant que directeur général de Flauraud. Ce dernier avait été lui aussi mis en place par Emil Frey France.On se souvient aussi du départ surprise en mars 2019 de Pierre-Michel Erard un peu plus d’un an après sa nomination en tant que directeur de l’activité Pièces et Après-vente de PGA Motors. Il avait à ce titre la haute responsabilité de Flauraud.

Ces derniers changements successifs à la direction du distributeur Clermontois a de quoi susciter l’inquiétude chez les salariés. Hervé Miralles, président d’Emil Frey France, s’est déplacé en personne sur le site pour rassurer les employés sur l’avenir de l’entreprise. Une rencontre d’autant plus nécessaire que Flauraud a connu dernièrement de problématiques soucis logistiques qui ont causé la grogne des clients. Des dysfonctionnements causés par la phase terminée de modernisation de sa principale plate-forme logistique de Clermont-Ferrand. Le grossiste a investi de 3 millions d’euros pour automatiser le site agrandit. Soit environ 3 % de son chiffre d’affaires.

Rencontré sur le salon Equip Auto, Stéphane Drouillard assure aujourd’hui que la plate-forme est pleinement opérationnelle. Plus encore, désormais largement mécanisée et automatisée, elle est dimensionnée pour répondre aux enjeux de la logistique de demain et aux demandes du commerce électronique qui réclame d’accroitre la qualité de service avec plus de rapidité et de traçabilité.

Par ses affirmations, le directeur confirme sa volonté de ne pas passer à côté des places de marché B2B qui assurément feront prochainement leur apparition. Sans en dire davantage, Stéphane Drouillard confie que la modernisation de la plate-forme doit permettre des économies d’échelle et une meilleure autonomie de Flauraud. Difficile de comprendre ce qui se cache derrière ces affirmations si ce n’est que ce nouvel outil logistique devrait rendre le distributeur plus efficace et performant. Celui-ci gagne au passage la productivité nécessaire à son avenir. « Nous sommes en mode offensif. Nous devons bouger avec le marché et nous adapter aux clients. C’est lui qui nous guide. Flauraud est une entreprise stratégique pour Emil Frey France » affirme le nouveau responsable.

Une plate-forme logistique agrandit et mécanisée

Avec une plate-forme modernisée, Flauraud annonce un taux de service de 96%, "ce qui correspond à nos objectifs et nous allons continuer à le faire progresser" souligne le grossiste désormais en capacité de livrer à J+1 partout en France. La plate-forme c’est 40 000 références mécanisées sur plus de 50 000 références stockées.
Au total, ce sont plus de 100 000 références qui transitent sur le site avec 20 000 m² de stockage (4 000 m² supplémentaires).

Mots clefs associés à cet article : Flauraud

Voir aussi :

Dans la même rubrique :

  • Alliance Automotive Group : un premier Salon virtuel d’envergure
    Alliance Automotive Group : un premier Salon virtuel d’envergure
  • Mobivia : une logistique centrale pour le printemps
    Mobivia : une logistique centrale pour le printemps
  • L’Agra réunit ses réseaux à Monaco
    L’Agra réunit ses réseaux à Monaco
  • Nexus s’intéresse aux véhicules classiques
    Nexus s’intéresse aux véhicules classiques
  • Groupauto Italie lance une gamme de lubrifiants Eurostart
    Groupauto Italie lance une gamme de lubrifiants Eurostart
  • Van Heck Interpieces France étoffe sa gamme de batteries
    Van Heck Interpieces France étoffe sa gamme de batteries
  • [Vidéo] Rencontre avec Peter Vanosmael, Van Heck – Interpièces
    [Vidéo] Rencontre avec Peter Vanosmael, Van Heck – Interpièces
  • Nomination : Andras Lorincz rejoint LKQ Europe
    Nomination : Andras Lorincz rejoint LKQ Europe
  • CarCat : « un levier de commerce pour les distributeurs et les réparateurs »
    CarCat : « un levier de commerce pour les distributeurs et les réparateurs »
  • Le CA des distributeurs VL en baisse de 18,5 %
    Le CA des distributeurs VL en baisse de 18,5 %
  • Alex Gelbcke nommé P-DG de Fource
    Alex Gelbcke nommé P-DG de Fource
  • Ragues : « Rester sur le commerce de proximité »
    Ragues : « Rester sur le commerce de proximité »
  • Agra : deux nouveaux directeurs de plate-forme
    Agra : deux nouveaux directeurs de plate-forme
  • LKQ et GPC en recul respectivement de 19 % et 14 % sur le second trimestre
    LKQ et GPC en recul respectivement de 19 % et 14 % sur le second trimestre
  • [Questions à] Christophe Rollet, président d’Otop
    [Questions à] Christophe Rollet, président d’Otop

Newsletter
Recherche