Une batterie, ça s’entretient

Publié le par .

Comme chaque année à pareille époque, lorsque la température extérieure chute brusquement, les batteries âgées ou mal entretenues peuvent commencer à montrer des signes de fatigue précurseurs d’une fin de vie annoncée.

Plus ou moins accessible, une batterie dont l'entretien est négligé ne peut espérer fonctionner très longtemps. À l'inverse, régulièrement vérifiée, elle peut éviter des pannes imprévisibles et coûteuses.
Plus ou moins accessible, une batterie dont l'entretien est négligé ne peut espérer fonctionner très longtemps. À l'inverse, régulièrement vérifiée, elle peut éviter des pannes imprévisibles et coûteuses.

La durée de vie d’une batterie est directement liée à son entretien et, de façon moins évidente, à l’anticipation de la température à laquelle elle peut être exposée, été comme hiver. En effet, une caractéristique moins connue de la batterie – y compris chez les réparateurs – est son extrême vulnérabilité aux températures extrêmes.

Sensible aux chocs climatiques

Lorsqu’une batterie est exposée à des températures telles que celles qui se sont abattues cet été sur l’Europe, cela provoque une évaporation partielle de l’électrolyte qu’elle renferme et accélère son auto-décharge la privant en partie de sa pleine puissance. À l’inverse, en hiver, non seulement la batterie vit très mal les faibles températures, qui handicapent la réaction chimique et ralentissent son fonctionnement, mais elle doit surtout faire face à une demande d’énergie accrue de la part du moteur.

L’huile étant plus épaisse, le moteur faute d’une lubrification optimale réclame bien plus d’énergie au démarreur, donc à la batterie, pour engager sa rotation. Les deux phénomènes cumulés pourraient bien très prochainement faire vivre une véritable « épidémie » de remplacements de batterie à la profession.

Un réflexe de surveillance s’impose

Alors, quelle est la solution pour contrer ce phénomène de décharge et d’amoindrissement de la durée de vie ? Tout simplement le contrôle régulier de l’état de charge de la batterie et la recharge systématique lorsque celle-ci s’impose. Un réflexe de surveillance que les professionnels doivent au plus vite acquérir, surtout au sujet des voitures modernes, dont les besoins en énergie n’ont jamais été si importants.

Quelques chiffres caractéristiques des différents phénomènes précités peuvent aider à prendre conscience de l’attitude à adopter pour qu’une batterie dure.
- La tension d’une batterie entièrement chargée est de 12,7 V au minimum (tension mesurée après plusieurs heures d’inactivité).
- Une tension à 12,5 V (selon les mêmes critères de mesure) annonce le début d’une décharge qui doit être compensée par une recharge en atelier.
- La température idéale (presque théorique !) de fonctionnement d’une batterie est de 27 °C.
- Lorsque la température est de 0 °C, une batterie même correctement chargée perd environ un tiers de sa puissance au démarrage. À – 18 °C, cette même batterie n’affiche plus que 40 % de sa puissance.

Une maintenance globale

En termes de maintenance, outre le contrôle important de la tension aux bornes de la batterie, le réparateur devra porter son regard sur la propreté de celle-ci. Il est reconnu qu’au fil du temps la poussière peut créer une couche conductrice entre les bornes de la batterie et augmenter significativement son auto-décharge naturelle. La maintenance touche aussi les connexions, que le mécanicien devra vérifier. Un contrôle du serrage optimal des bornes, ainsi que le dépôt sur celles-ci d’une fine couche de graisse au cuivre (contre les phénomènes de sulfatation) ne sont jamais superflus.

JPEG - 528.6 ko

En ce qui concerne les températures auxquelles la batterie peut être exposée, là encore rappelons que, sans vraiment pouvoir maîtriser le phénomène et s’en protéger, une batterie correctement chargée traversera plus facilement et surtout sans dommages irréversibles des températures même prononcées. Notons que certains constructeurs pour protéger la batterie de la chaleur rayonnante du compartiment moteur la coiffent d’un carénage ou d’une garniture isolante. Attention à ne pas l’égarer et bien veiller à sa présence. Un montage de ce type en post-équipement est également toujours possible.

Dans la même rubrique :

  • Sorea élargit son offre avec la direction
    Sorea élargit son offre avec la direction
  • 50 millions d’euros pour accompagner les équipementiers vers l’électrique
    50 millions d’euros pour accompagner les équipementiers vers l’électrique
  • Éclairage : Tungsram revient en Europe
    Éclairage : Tungsram revient en Europe
  • Sidem étend son offre de coupelles de suspension
    Sidem étend son offre de coupelles de suspension
  • La Fiev inquiète des annonces ministérielles de dernière minute
    La Fiev inquiète des annonces ministérielles de dernière minute
  • François Finet, directeur des ventes Europe chez Holts
    François Finet, directeur des ventes Europe chez Holts
  • ZF élargit son offre Lemförder pour V.E. et hybrides
    ZF élargit son offre Lemförder pour V.E. et hybrides
  • Cortéco poursuit dans la foulée d’Équip Auto
    Cortéco poursuit dans la foulée d’Équip Auto
  • Indasa souhaite s’imposer sur la France
    Indasa souhaite s’imposer sur la France
  • ZF devient le premier équipementier mondial
    ZF devient le premier équipementier mondial
  • Bilan positif pour Liqui Moly à Équip Auto
    Bilan positif pour Liqui Moly à Équip Auto
  • Aisin : nouveaux fluides et kit d’embrayage à double disque
    Aisin : nouveaux fluides et kit d’embrayage à double disque
  • Wolf Oil Corporation (Champion) invente le baril connecté
    Wolf Oil Corporation (Champion) invente le baril connecté
  • SKF se lance dans la formation en ligne
    SKF se lance dans la formation en ligne
  • Faurecia propose le SCR à la rechange
    Faurecia propose le SCR à la rechange

Newsletter
Recherche